Webflâneur 0.4 Annie Abrahams / Clément Charmet 09 - 2006
info

 

 


Comment flâner dans le monstre qu'est devenu le web? Flâner n'est plus errer la fleur entre les lèvres, mais avancer caparaçonné, se méfiant des spams, des spywares, des tireurs isolés... XM
How can one " flane " on the monster the web became? " Flaner " is not wandering with a flower in your mouth anymore, but rather crawl with a shield, taking care of spams, spywares, and hidden snipers... XM

C'était assez amusant hier soir à partir du site d'un de mes amis qui est à gauche d'aboutir en deux sauts de puce au site de l'UNF puis aux aéroports de je ne sais plus quelle ville. Ici le webflanage, ou encore la web-dérive à partir des liens amènent à percevoir comme un effet de pourrissement par transhumance du linkage du site. PB
It was rather amusing, because yesterday, it went from a friend of mine's website (who's politically rather of the "left-wing") to the UNF website, and then to the airport's website of whatever city. Here the " webflanage ", or " webdérive " from the links makes us percieve something like a putrification through the transhumance of the website's linkage... PB

Qu'en avons-nous retiré ? La réponse ne peut jamais être : rien. Pourquoi? Parce que nos sens ont capté des signes, leur ont donné un statut, un sens, même provisoire, erroné, parce que nous ne pouvons pas ne pas communiquer, et par effet d'enchaînement, nous ne pouvons pas ne pas décoder, interpréter. LD
What did we get from it? The answer can never be : nothing. Why? Because our senses perceived signs, gave them a status, a meaning, even temporary, even if it's mistaken, because we cannot stop communicating, and , as a consequence, we cannot stop decoding, interpreting. LD

* PB: Philippe Boisnard LD: Luc Dallarmelina XM: Xavier Malbreil (@ e-critures)